L’utilisation du remboursement des primes d’une assurance maladies graves

//L’utilisation du remboursement des primes d’une assurance maladies graves

L’utilisation du remboursement des primes d’une assurance maladies graves

Il y a plusieurs statistiques disponibles concernant la possibilité d’avoir un cancer ou une maladie grave.  Je crois que le dernier chiffre que j’ai vu sur les probabilités d’avoir un cancer est qu’une personne sur 2,5 aura le cancer…  Ça fait peur!!!  Les différentes associations de maladie et les assureurs présentent une multitude de données qui selon moi est pratiquement toujours présentée dans un but de marketing, soit pour récolter des fonds ou pour vendre une assurance.  Je tiens à préciser que je ne dénigre pas cette approche puisque c’est à chacun de faire la part des choses dans l’interprétation des données et que les fonds aideront les organismes et qu’une assurance bien vendue sert à couvrir un risque financier.  Dans les dernières années, un assureur a fourni une comparaison des probabilités d’avoir une invalidité, une maladie grave ou un décès avant l’âge de 65 ans.  Les probabilités d’avoir une maladie grave pour les hommes étaient de 11 à 25% et pour les femmes de 7 à 19%.  Les pourcentages varient selon différentes tranches d’âge.  Je considère plus important d’avoir une telle protection lorsque les gens sont encore au travail qu’à la retraite parce que le risque financier est supérieur même si les probabilités sont inférieures.

Mon texte n’a pas l’objectif d’indiquer qu’une couverture en assurance maladies graves est le meilleur produit disponible…  L’objectif de ce texte est plutôt de sensibiliser qu’il est possible de faire une stratégie pour se couvrir même si les probabilités d’avoir un diagnostic de maladies graves sont inférieures à ne pas avoir un tel diagnostic.  Il ne faut pas oublier qu’il est plus important d’avoir une bonne couverture en assurance invalidité qui protège autant les maladies que les accidents avant d’avoir une assurance maladies graves.

Lors de la souscription d’une assurance maladies graves, il y a plusieurs options qui peuvent être ajoutées à la protection de base.  Il peut y avoir des différences selon chaque assureur, mais la plupart offre un avenant du remboursement des primes si aucune prestation n’est payée.  Il y a des gens qui pensent que les faibles probabilités d’avoir une maladie grave avant 65 ans font en sorte que ce n’est pas pertinent de souscrire une telle protection même s’il y a un risque financier si un tel diagnostic frappait leur famille.  Ainsi, il est possible de se protéger tout en ayant la possibilité de récupérer 100% des primes payées au fil des années si aucun diagnostic ne frappe l’assuré.  Tel que je l’ai mentionné, il y a plusieurs options disponibles en assurance maladies graves auprès des différents assureurs tout comme les options en remboursement des primes.  Voici deux exemples avec un assureur pour une femme de 38 ans (non fumeur) qui souhaite une protection de 100 000$ :

Exemple #1 :

  • Couverture de 100 000$ avec une prime garantie de 1 845$ qui couvre plus de 20 maladies graves.
  • Avenant de remboursement des primes au décès.
  • Avenant de remboursement des primes de 100%, à 65 ans.

Dans l’éventualité qu’il n’y a pas de diagnostic d’une maladie grave couverte par cette protection alors, à 65 ans, cette femme pourrait annuler sa police et obtenir 49 815$ non imposable.  Ce montant correspond à 100% dans primes payées au fil des années.

Exemple #2 :

  • Couverture de 100 000$ avec une prime qui augmentera à chaque 10 ans qui couvre seulement le cancer, la crise cardiaque ou l’accident vasculaire cérébral.
  • Prime annuelle de 763$ pour 10 ans et de 1 470$ pour les 10 ans suivant et de 2 897$ pour 7 années avant 65 ans.
  • Avenant de remboursement des primes de 100%, à 65 ans.

Dans l’éventualité qu’il n’y a pas de diagnostic d’une maladie grave couverte par cette protection alors, à 65 ans, cette femme pourrait annuler sa police et obtenir 42 609$ non imposable.  Ce montant correspond à 100% dans primes payées au fil des années.

L’avenant du remboursement des primes peut être intégré à une planification de retraite.  En effet, la protection est pertinente si un diagnostic touche un assuré puisque la prestation permettra d’éviter ou de diminuer les retraits de l’épargne accumulé pour la retraite.  L’avenant permet d’obtenir un remboursement des primes s’il n’y a pas eu de diagnostic et ça peut représenter des sommes intéressantes.  En fait, il s’agit d’une forme d’épargne tout en étant protégé…

Je ne tiens pas à présenter des calculs à ne plus finir sur la rentabilité d’une telle stratégie puisque le but premier reste d’avoir une couverture en assurance maladies graves lorsqu’il y a un besoin et que la personne souhaite avoir une telle protection.  Bien entendu, la stratégie la plus rentable est de ne pas avoir de diagnostic et d’avoir investi son argent…

Pour les entrepreneurs, une stratégie de dollar partagé ou appelé couramment « split dollar » est une stratégie très pertinente mais elle demande d’être effectuée correctement pour ne pas avoir de problèmes fiscaux.

Pour les entreprises qui souhaitent se protéger si un employé clé est touché par une maladie grave tout en offrant un incitatif de rétention pour cet employé alors l’avenant de remboursement des primes peut jouer un rôle important.  Encore une fois, il faut le faire adéquatement pour limiter les risques fiscaux pour l’entreprise et pour l’employé.

Dans un court texte, il est impossible de couvrir l’ensemble des options.  Je suggère d’avoir une réflexion et de discuter avec un conseiller en sécurité financière qui est en mesure d’analyser les différents produits disponibles.

 

Le prochain sujet présentera une étude de cas de la préparation de la retraite pour un couple de 50 ans.

 

Martin Leduc

Symbiose – Gestion et protection du patrimoine

2018-05-09T12:01:36+00:00