Mon dernier blogue abordait l’importance de se préoccuper de l’inflation.  Celui-ci concerne un autre élément très important dans une planification de retraite, soit le moment de son décès.

Une planification de retraite serait nettement plus facile si la date du décès était connue à l’avance…  par contre ça pourrait faire peur. Dans une planification de retraite, il ne faut pas sous-estimer l’âge du décès.  Voici un exemple qui en démontre les conséquences de sous-estimer cet âge.

Prenons l’exemple d’une personne de 65 ans qui a besoin de retirer 2 500$ net mensuellement de son FERR après impôts avec un taux marginal de 40%, indexé à 2%, avec un taux de rendement de 4% pour un décès à 85 ans.  Ce scénario demande d’avoir un montant de 822 000$ dans le FERR avant de commencer les retraits.

En cas de décès à 80 ans : il resterait environ 320 000$ dans le FERR.

En cas de décès à 90 ans : il faudrait 150 000$ de plus pour ne pas manquer d’argent.

En cas de décès à 95 ans : il faudrait 305 000$ de plus pour ne pas manquer d’argent.

En cas de décès à 100 ans : il faudrait 438 000$ de plus pour ne pas manquer d’argent.

Il est impossible de prédire l’âge exact du décès.  Cependant, j’entends souvent les gens dirent qu’ils ne se rendront jamais à 90 ans ou plus…  Ils me disent que l’espérance de vie est d’environ 80 pour les hommes et 83 pour les femmes.

ATTENTION
IL NE FAUT PAS CONFONDRE L’ESPÉRANCE DE VIE AVEC LE RISQUE DE SURVIE

L’espérance de vie est l’âge prévue de la vie d’un nouveau-né au moment de naissance.  Il est possible d’obtenir des statistiques pour l’espérance de vie à différents âges.

Le risque de survie est un calcul différent.  Il est calculé à partir d’un âge spécifique atteint et « le risque » est calculé en fonction de statistiques entre autres basé sur le style de vie et la santé au moment de l’âge atteint.

Ainsi vous pouvez certainement deviner qu’un bébé naissant a une espérance de vie « X » au moment de sa naissance, mais que son risque de survit sera « Y » s’il est fumeur dans sa vie.

Afin d’effectuer une planification de retraite adéquate, il est possible d’utiliser un tableau sur le risque de survie, disponible par l’Institut québécois de planification financière au lien suivant : planification de retraite adéquate

Voici un scénario pour un risque de survie : un homme de 65 ans a 25% des chances d’atteindre 94 ans et c’est 96 ans pour une femme.  Il y a ce même 25% des chances que l’un des membres d’un couple de 65 ans d’atteindre 97 ans.  Vous pouvez être sceptique avec de telles probabilités, mais l’exemple du montant nécessaire dans le FERR démontre les écarts si une telle situation arrivait!

Il ne faut donc pas négliger l’âge potentiel de sa mort dans sa planification…

Les gens qui ont un fonds de pension sont normalement moins concernés par l’âge du décès parce qu’ils vont recevoir leur rente jusqu’à leur mort.  Par contre, il faut considérer l’inflation afin de ne pas avoir une mauvaise surprise.

Pour les gens qui n’ont pas de fonds de pension, l’option d’une rente viagère est une solution très intéressante.  En effet, une rente viagère est pratiquement la même chose qu’un fonds de pension.  Il est possible de « bâtir » son propre fonds de pension.  Une rente viagère n’est pas le produit le plus connu ou le plus sexy, mais il est possiblement le plus efficace contre la longévité.

Martin Leduc
Symbiose – Gestion et protection du patrimoine